mardi , 16 octobre 2018

Gerber Suspension

Bien fini, doté d’un équipement complet et proposé à prix très intéressant, le Gerber Suspension ne manque pas d’attirer l’attention, surtout avec ses plaquettes de manche évidées qui rappellent la structure d’un pont suspendu (d’où son nom). Après l’avoir testé, voici notre opinion sur ce modèle phare de Gerber.

Premières impressions

Première surprise, le poids. Le Suspension est lourd en main, alors que le design du manche laisse penser le contraire. Avec 255 grammes sur la balance, le Suspension pèse même plus que son grand frère le Gerber MP800. C’est que le Suspension fait appel à un manche en acier plutôt qu’en aluminium.

Ceci dit, la finition du Suspension est très au-dessus de celle du MP800. Jetez un coup d’oeil à nos photos en bas de page! Cette fabrication chinoise offre des ajustements et une qualité des matériaux de bon niveau, même s’ils sont toujours inférieurs aux fabrications européennes et américaines.

Lame

Le Suspension possède deux lames de couteau, une lisse et une dentée. Elles sont directement accessibles sans avoir à déplier la pince. Leur longueur est particulièrement réduite: avec 52mm dont 46mm de tranchant seulement, leur utilité est limitée à quelques menus travaux du type ouverture d’emballages.

Chaque lame est verrouillable et peut être débloquée soit en tirant sur le bouton de verrouillage, soit en dépliant une autre lame.

Pince

La prise en main de la pince est agréable, avec des cousins en TPO qui adoucissent le contact avec la paume. On arrive à saisir des écrous jusqu’au diamètre 17, mais la faible longueur du Suspension (155mm déplié) ne permet d’exercer qu’une force limitée.

Il y a un peu de jeu dans l’articulation de la pince.

La pince est équipée d’un ressort de rappel du type « pince à linge » intégré dans le manche.

Accessoires

On trouve du bon et du moins bon parmi les accessoires du Suspension:

  • la scie est à la fois trop courte (40mm) et trop douce (manque de mordant) pour être utile
  • l’ouvre-boîte  est pas affûté et manque cruellement de mordant
  • le ciseau fonctionne plutôt bien. Son ressort de rappel très dur le rend vite fatigant.
  • les 3 lames de tournevis sont assez longues et sont également verrouillables, ce qui est pratique à l’utilisation

Conclusion

Si on peut parler de réussite stylistique pour le Gerber Suspension, il est clair que ses capabilités sont assez limitées. Il peut être utile en dépannage, d’autant plus que son prix le rend accessible; cependant son poids élevé le destine avant tout à une utilisation « sédentaire », son rapport poids/utilité étant éliminatoire en randonnée.

Fiche Technique

Longueur (fermé) 99 mm
Longueur de la lame principale 52 mm
Poids 255 g

Les prix

Les photos

2 commentaires

  1. Effectivement un peu lourd, le Gerber Suspension offre une belle finition et un fonctionnement fluide. L’ergonomie est bonne. Les lames sont courtes et il faut affuter soi-même la lame droite pour qu’elle consente à couper correctement, mais l’usage final de cet outil n’est pas de jouer au trappeur, évidemment. Pour le prix, on a un objet nettement supérieur aux machins bas de gamme trouvés dans les magasins de bricolage. Sur Amazon, ne pas prendre la version Bear Grylls qui est un clone du Suspension juste vendu plus cher…

  2. Effectivement un peu lourd, le Gerber Suspension offre une belle finition et un fonctionnement fluide. L’ergonomie est bonne. Les lames sont courtes et il faut affuter soi-même la lame droite pour qu’elle consente à couper correctement, mais l’usage final de cet outil n’est pas de jouer au trappeur, évidemment. Pour le prix, on a un objet nettement supérieur aux machins bas de gamme trouvés dans les magasins de bricolage. Sur Amazon, ne pas prendre la version Bear Grylls qui est un clone du Suspension juste vendu plus cher…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*